Le Palais de Tokyo choisit de miser sur la réalité virtuelle

Depuis le 3 avril 2019, le Palais de Tokyo à Paris a inauguré, avec le magazine Fisheye, le « Palais Virtuel ». Il s’agit d’un espace consacré à la diffusion d’œuvres d’art numérique en réalité virtuelle.

© Palais de Tokyo – œuvre de Julio Le Parc

Le « Palais Virtuel », un espace permanent dédié à la VR

Après le Museum National d’histoire naturelle et la Cité de l’architecture, le Palais de Tokyo est le troisième lieu culturel parisien s’ouvrant à la technologie de la réalité virtuelle.

Le « Palais Virtuel » offre un programme de diffusion de plusieurs créations numériques en réalité virtuelle, mises en place conjointement par le musée et  par Fisheye, le magazine à l’initiative du festival Arles VR.

Ainsi, chaque année, il sera possible de découvrir les oeuvres VR de deux artistes français et d’un artiste international.

Les créations à découvrir en ce moment au « Palais Virtuel »

© Palais de Tokyo – œuvre de Julien Creuzet

Actuellement, pour l’ouverture de ce lieu numérique, trois œuvres d’artistes français et internationaux ont été choisies afin d’offrir un large aperçu au public :

  • Julio Le Parc « 7 alchimies en réalité virtuelle » : il utilise de nouvelles perspectives dans l’histoire de l’art. Son expérience au « Palais Virtuel » plonge les visiteurs dans un trou noir d’où surgissent de multiples couleurs, provoquant alors une perte de repères. « 7 Alchimies en réalité virtuelle » est un prolongement de plusieurs oeuvres de Julio Le Parc.
  • Julien Creuzet « Maïs chaud Marlboro » : l’artiste retrace le chemin du maïs, de sa culture à sa vente. Autour du casque VR se trouvent plusieurs sculptures qui sont en lien avec l’expérience VR.
  • Antwan Horfee « Gigamaku » : son expérience propose l’exploration physique et mentale d’un paysage. « Les passages inter-mondes sont mes lieux préférés. On y trouve un point d’observation impressionnant et théâtral qui ne montre que l’essentiel. Ici, le public accède à une dimension frustrante et impalpable. Un plan physique m’a servi d’esquisse, comme le moule d’un monde. Ce rapport entre la modélisation artisanale et l’expérience hybride d’immersion virtuelle permet de créer, à partir d’un objet réel, le contenant d’un hyper monde invisible » explique l’artiste.
© Palais de Tokyo – oeuvre de Antwan Horfee

Ces trois premières œuvres seront présentes au Palais de Tokyo jusqu’au 12 mai 2019. Le « Palais Virtuel » sera ensuite fermé pendant l’été et rouvrira à l’automne 2019.

Mon avis

Avec la création de cet espace permanent consacré entièrement aux œuvres de réalité virtuelle, le Palais de Tokyo s’inscrit totalement dans l’ère du numérique et des dernières technologies. L’objectif est non seulement de mettre à l’honneur ces « nouveaux artistes » expérimentant la réalité virtuelle mais également de faire découvrir comment cette technologie peut s’accorder avec l’art contemporain.

Pour les artistes et les fondateurs du « Palais Virtuel », la réalité virtuelle n’isole pas le spectateur, au contraire. Benoît Baume, directeur de la rédaction du magazine Fisheye, explique « pour moi, le casque de réalité virtuelle est une ouverture plutôt qu’une fermeture. La VR repousse complètement le champ des possibles et les cadres dans lesquels on s’enferme.»

Sources

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s