biin met en valeur vos données grâce à des dispositifs innovants

biin se définit comme un bureau d’idées nouvelles. Je les ai découvert lors du SITEM (Salon International des Musées, des lieux de culture et du tourisme) fin janvier 2018. Créée en 2011 par Vincent Autin, Philippe Fonseca et Anthony Thibault, la start-up a réussi à se distinguer avec des solutions de visite innovantes et adaptées selon les besoins de chaque institution. Présentation de son concept et rencontre avec l’un des co-fondateurs de la société, Vincent Autin.

MUMA 2017©muma10

Utilisation de la table interactive Mosaïque M3 au MuMa du Havre

biin, un laboratoire de technologies innovantes

biin est un bureau de création spécialisé dans la valorisation de données. Ils proposent ainsi des solutions, logicielles et matérielles, pour mettre en avant les informations demandées. Parmi ces solutions, nous distinguons deux produits phares : biinlab, une plateforme intuitive permettant de créer des applications pour smartphones, tablettes et tables numériques, et Mosaïque, une table tactile interactive favorisant la transmission des ressources.

biin intervient dans le secteur culturel, dans celui de l’événementiel, mais également dans le service aux entreprises ou encore dans l’éducation. Grâce à des compétences efficaces en design et en développement, biin a réussi à se forger une réputation en offrant des dispositifs innovants pour orienter les visiteurs et enrichir les expositions. Son point fort ? Mettre les usagers au centre de la démarche de conception afin de réaliser un produit intuitif et adapté.

 

Zoom sur quelques projets culturels

Lors du salon SITEM, j’ai eu l’occasion de tester l’application réalisée par le Musée d’Art Moderne André Malraux (MuMa) du Havre. Le musée a créé cette application sur biinlab et l’a diffusée sur la table tactile Mosaïque M3. Cette application a été mise en place pour l’exposition temporaire “Impression(s), soleil”, ayant eu lieu fin 2017, son objectif a été de mettre en valeur l’évolution de la ville. Pour cela, trois cartes d’époques différentes étaient consultables et donnaient accès à une centaine d’items présentant des photographies anciennes. Claire Palué, responsable du numérique au musée, a été très satisfaite de l’usage de cette solution. Elle souligne d’ailleurs l’un des avantages de ce type d’outil : la praticité de pouvoir gérer ses applications, ses contenus, en temps réel grâce au back-office.

Nous pouvons citer, comme autre projet culturel, le guide interactif que biin a réalisé pour le Musée d’Art Contemporain (MAC) de Lyon afin d’enrichir la visite. Il s’agissait d’une application mobile faisant office de guide à l’exposition Erró en 2015. Elle permettait notamment de mieux comprendre les œuvres exposées en apportant des ressources audiovisuelles complémentaires et d’accéder aux coulisses de l’exposition.

Un dernier projet intéressant a retenu mon attention : la solution “donne-moi ton casque” pour le musée des sapeurs-pompiers de Lyon. L’institution souhaitait s’ouvrir vers un public plus jeune en exposant l’impressionnante collection de casques qu’elle possède. Pour répondre à leur demande, biin a créé un espace ludique d’échange avec un jeu collaboratif disponible sur écran tactile. Pour que les usagers puissent y jouer, ils étaient obligés de découvrir la collection de casques, ce qui permet d’avoir une pédagogie ludique et numérique.

En savoir plus sur tous les projets biin ici

 

Rencontre avec Vincent Autin, co-fondateur de biin

Visite CG71©Erasme2

Comment et quand avez-vous décidé de créer biin ?
“biin a une double histoire. La société a été créée en septembre 2011 pour développer un premier objet connecté : igirouette. Le projet a été racheté en 2014 par Charvet Digital Media. Sur la même période, nous avons collaboré avec le laboratoire Érasme et nous avons co-développé le logiciel Open-Source Museotouch. Cela permettait au musée de gérer des contenus diffusés sur une interface tactile. Puis en 2015, nous sommes reparti de zéro pour faire biinlab, une vraie plateforme de valorisation de contenus et création d’applications, en mettant l’utilisateur (musée) et l’utilisateur (visiteur) au centre de notre cahier des charges : le musée doit être autonome et offrir la meilleure expérience possible aux visiteurs.”

De quelle manière les usagers sont-ils mis au centre de la démarche de conception ?
“Tout le temps, c’est le centre de nos préoccupations. On a recruté autant de designers que de développeurs. Nous avons mis en place une démarche itérative et avons développé des partenariats avec certains de nos clients. Nous nous attachons à être près de nos utilisateurs pour proposer la meilleure expérience possible, et développer un produit « juste ». Alors, certes, nous n’intégrons pas les dernières technologies le premier jour de leur présentation, mais les technologies que nous intégrons ont été étudiées, testées, et ont toute une forte valeur ajoutée.”

Avez-vous des projets culturels en cours de développement ?
“Oui ! Nous réfléchissons à un projet important dont on ne peut pas tout révéler maintenant. On se revoit en fin d’année pour en reparler ?”

Allez-vous développer d’autres produits que biinlab et Mosaïque ?
“Non, biinlab occupe 100% de notre temps. Nous pensons que notre force est de proposer un seul écosystème, et de l’enrichir régulièrement avec biinlab. Faire plusieurs choses en même temps et le meilleur moyen de ne rien faire de bien… expérience vécue !”

Êtes-vous présents à l’international ?
“On commence à se développer, oui, notamment en Europe et une opportunité en Inde. Les prochains mois vont être passionnants !”

En quelques mots, pouvez-vous résumer la force de Biin ?
“La proximité avec nos utilisateurs et la justesse de la technologie : la force de biinlab est de pouvoir être utilisé directement par le musée, sans intermédiaire — et donc sans coût caché. On gardera cette force car nous pensons que les musées ont le discours scientifique, et rien ne pollue leur discours du visiteur, via les applications créées par biinlab.”

Découvrez le site de biin

Article sponsorisé par biin

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s