Les secrets de l’archéologie high-tech

La discipline de l’archéologie regorge de nombreux d’outils numériques sophistiqués pour déceler des traces de vie passée. De récentes découvertes grâce à ces technologies pourraient transformer notre vision de l’histoire. Zoom sur ces technologies qui n’ont pas fini de nous étonner.

The golden sarcophagus of King Tutankhamun in his burial chamber is seen in the Valley of the Kings, in Luxor

REUTERS/Mohamed Abd El Ghany

Une récente découverte

En avril dernier, les scans du complexe funéraire de la vallée de Rois en Egypte ont révélé la présence d’autres chambres au sein du tombeau de Toutankhamon. Une nouvelle qui pourrait changer notre perception de l’un des plus célèbres sites archéologiques du monde. Parmi les chambres qui sont susceptibles d’être retrouvées dans le tombeau du pharaon, celle de la reine Néfertiti est évoquée. Cela serait alors une découverte majeure alors que la tombe de Toutankhamon est étudiée depuis plus de cent ans. Nous pourrions alors connaître une période critique de l’Egypte ancienne et avoir notre vision de la reine complètement changé. Rappelons que pour certains historiens, la reine Néfertiti est morte vers 1330 av. J.C.et est susceptible d’être enterrée dans une chambre secrète du tombeau de son beau-fils. Elle est une figure centrale pour les égyptologues.

Les technologies de l’archéologie

Cette découverte a été menée par Nicholas Reeves, directeur de cette recherche, avec la technologie du radar géologique.

On trouve également d’autres techniques pour étudier des sites archéologiques comme :

  • La magnétométrie qui permet de mesurer les variations du champ magnétique terrestre causées par différentes sortes de matériels archéologiques enfoui comme des poteries, des tuiles ou des briques ;
  • La mesure de la résistivité du sol afin de voir si le courant électrique passe facilement par la terre. Les murs résistent au courant alors que ce n’est pas le cas des fossés et des espaces vides ;
  • Des plateformes de réalité virtuelle pour permettre aux archéologues de visualiser les sites sur lesquels ils travaillent. Voici un exemple en vidéo à Rennes ;
  • Des robots humanoïdes sous-marin et intelligents pour explorer les fonds marins. En effet, il est programmé de façon à réaliser des fouilles archéologiques. Le robot “Ocean One”, créé par les chercheurs de l’université de Stanford aux Etats-Unis, possède d’un “dispositif haptique” : cela signifie que dès que le robot touche quelque chose avec ses mains, un signal est retransmis aux archéologues en surface.
      • Décrypter des papyrus calcinés avec le synchotron de Grenoble, qui est un accélérateur de particules.

Mon avis

Cette récente découverte nous prouve que les technologies ont un rôle immense à jouer dans l’archéologie. Elles permettent d’investiguer les sites et les paysages et d’enquêter sur tout type de bâtiment. Ainsi, nous voyons ici comment les nouvelles technologies sont au service de l’histoire puisque grâce à elles nous pouvons comprendre notre passé.

Sources :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s